Nous relayons avec plaisir (et avec leur autorisation) un article (mis à jour) de l’association Renaloo concernant l’actualité du coronavirus :

Source : renaloo.com

Article complet et mis à jour :

http://www.renaloo.com/actualites2/les-dernieres-actualites-liste/3102-coronavirus-quelles-consignes-pour-les-patients-insuffisants-renaux-et-leurs-proches

Dans l’état actuel des connaissances, il existe un risque théorique pour que les patients atteints de maladies rénales, dialysés ou greffés, une fois contaminés par le coronavirus, développent des formes plus graves de la maladie, conduisant à plus de complications et de décès. 

 

Même si aucune donnée n’existe à ce stade sur les conséquences du coronavirus chez ces patients, ce risque, qui s’explique par leur fragilité et par l’affaiblissement de leurs défenses immunitaires, est bien documenté pour la plupart des maladies infectieuses.

Par exemple, les patients greffés contaminé par la grippe ont plus de risque de développer des complications, et plus de risques de mourir de la grippe.

Dans le contexte où le virus semble se répandre en France, vous êtes très nombreux à nous faire part de vos interrogations et de votre désarroi, d’autant qu’il n’existe toujours pas de recommandations officielles destinées aux patients ayant des maladies rénales, dialysés ou greffés. La SFNDT a publié le 9/03 un document destiné aux néphrologues, mais il traite uniquement de l’organisation des soins par dialyse et greffe.

Pour toutes ces raisons, il nous semble utile de proposer quelques conseils, largement inspirés des recommandations publiées dans d’autres pays. 

L’objectif est de se protéger au maximum du virus, d’éviter de l’attraper, ou à défaut de retarder au maximum la contamination.
En effet, gagner du temps, c’est éviter de surcharger notre systéme de soin dans une période où il sera probablement sous tension. C’est aussi permettre que les connaissances sur la maladie s’améliorent et que des traitements efficaces soient mis au point.

✅ Appliquez toutes les précautions recommandées pour la population générale.

Restez au maximum chez vous, optez si possible pour le télétravail.

✅ Si le télétravail n’est pas possible et si vous craignez que votre activité professionnelle vous expose au virus, en l’absence de droit de retrait prévu à ce jour pour les personnes à risque de développer des formes graves, discutez avec votre néphrologue de l’opportunité d’un arrêt de travail, au titre du principe de précaution.

Eviter les lieux publics, les foules, les transports en commun, les restaurants, salles de spectacles, cinémas, etc.

Evitez les contacts avec des personnes potentiellement contagieuses : on peut être contagieux sans avoir aucun symptôme.

Si un de vos proches vivant sous le même toit que vous est contaminé, il peut être utile d’envisager transitoirement un hébergement séparé.

Evitez de vous rendre à l’hôpital sauf si c’est strictement nécessaire, préférez autant que possible les téléconsultations ou une simple conversation téléphonique avec votre médecin.

✅ Si vous devez malgré tout fréquenter un lieu confiné, où vous pourriez croiser des personnes contagieuses, par exemple un centre de dialyse ou un hôpital, portez dans la mesure du possible un masque et respectez une distance de sécurité d’au moins un mètre avec les autres personnes.

Des masques sont a priori disponibles en pharmacie pour les personnes fragiles, sur prescription médicale. Mais à ce jour nous avons peu de certitudes sur ce dispositif et des témoignages contradictoires le concernant.

Si vous avez des symptômes qui vous font craindre d’avoir attrapé le coronavirus (toux, fièvre, difficultés à respirer, etc.) contactez sans attendre votre néphrologue ou le service de néphrologie qui vous soigne.

2020 © Copyright - Association PolyKystose France

Association loi 1901